EN CE MOMENT
Ecouter

Laissez nous un message au 04 22 13 06 13 ou à info@radioethic.com

EMISSIONS
Economie
La question du commerce équitable du cacao s'invite au salon du Chocolat

La question du commerce équitable du cacao s'invite au salon du Chocolat

Posté le 3 novembre 2014

Ethiquable et Max Havelaar étaient présents au 20ème Salon du chocolat qui s'est tenu à Paris du 29 octobre au 2 novembre dernier. Un Salon haut en gourmandises, avec personnages en chocolat en grandeur nature et défilés, et avec des marques que l'on aime avoir dans ses placard, mais qui ne doit pas faire oublier que le chocolat est un commerce juteux, largement oublieux des règles élémentaires : ce n'est ainsi pas un hasard, si Dominique Ouattara, la première dame de Côte d'Ivoire, a la tête d'un Comité national de surveillance contre la traite et le travail des enfants et de la fondation « Children of Africa», est venue en ouverture du Salon, certifier que la Côte d'Ivoire, premier pays producteur de fève de cacao au monde avec une production annuelle de 1, 75 millions de tonnes, était déterminée à lutter contre le « fléau du travail des enfants dans les plantations. » 300 000 enfants en provenance des pays frontaliers du Burkina Faso et du Mali travailleraient ainsi dans la filière.

Quant aux 900 000 petits producteurs, à la tête d'une exploitation de cinq hectares en moyenne, ils n'ont pas leur mot à dire dans la fixation du cours du cacao et sont en butte aux intermédiaires en tout genre. C'est la raison pour laquelle, les labels certificateurs du commerce équitable ont tout leur sens. Ainsi, le logo Max Havelaar garantit que les producteurs ont touché un revenu minimum, assorti d'une prime de développement. Bien choisir son chocolat, quitte à payer un euro de plus, c'est choisir ou non, d'alimenter certaines filières.

Les explications de Fortin Bley, secrétaire général de la Coopérative agricole Nzrama de N'Douci et président du réseau Cacao Fairtrade Afrique.

03/11/2014