Mardis de l'Environnement

La Chine : plaque tournante de l'ivoire

La Chine : plaque tournante de l'ivoire

Le 26 février dernier, la Chine annonçait suspendre l'importation d'ivoire ouvragé pendant un an : une « plaisanterie », s'indigne Alain Zecchini, en charge de la revue d'actualité des Mardis de l'Environnement, « 90% du trafic de l'ivoire porte sur de l'ivoire brut ». Cette annonce de la part de la Chine a été faite à un mois de la conférence internationale sur le commerce illégal d’espèces sauvages organisée par Unitedforwildlife le 25 mars prochain , et au lendemain de la publication du rapport des deux ong, Save the elephants et The Aspinall Foundation : « La Chine détient la clé de l’avenir des éléphants », pointe Iain Douglas-Hamilton, fondateur de Save the Elephants, « or, si la Chine n’est pas en pointe pour mettre fin à la demande d’ivoire, les éléphants d’Afrique pourraient disparaître de la nature d’ici une génération ». « Le massacre des éléphants aussi bien que le commerce de l'ivoire sont « hors de contrôle » », souligne l'enquête des deux ong. Vertus médicinales et vocation décorative, ce massacre obéit à de bien piètres mobiles, qui n'en sont pas moins une juteuse aubaine pour les braconniers. Pour Traffic également, le réseau de surveillance du commerce de la faune et de flore sauvages, l'annonce de la Chine est « plus symbolique qu'efficace ».

 

Un sujet de Pascale Marcaggi publié le 16/03/2015

 

www.unitedforwildlife.com

 

Podcast - La Chine : plaque tournante de l'ivoire   Envoyer à un ami - La Chine : plaque tournante de l'ivoire

L'agriculture en mouvement

L'agriculture en mouvement

Chaque année, le Mardi de l'Environnement de mois de mars, qui suit la tenue du Salon International de l'Agriculture, interroge les pratiques agricoles : entre démographie et nécessaire production alimentaire de masse, quid des méthodes d'exploitation plus naturelles ? Pour la première fois, le Salon avait inscrit à ses nouveautés, « l'agriculture en mouvement ». Moins qu'une révolution, une ouverture cependant sur les méthodes qui creusent le sillon : le bio, la permaculture, la biodynamie, etc. Quand à la tribune de ce Mardi de l'Environnement, Antoine Jacobsohn, responsable du Potager du Roi, témoignait de l'absence de rupture d'une agriculture entre passé et présent d'une agriculture bien comprise, Jean-Philippe Beau-Douëzy témoignait de son expérience, avec sa femme Anne, de permaculture et de jardin forêt comestible à la F.E.R.M.E. du Bouchot en Sologne, pendant que Denis Asfaux, secrétaire de l'Association Française d'Agroforesterie expliquait combien un arbre n'est plus un intrus mais un intrant, un moyen de production. Pour être la voie de l'avenir, de la production alimentaire mais aussi de la qualité des sols et de l'air que nous respirons, ces méthodes naturelles n'en sont pas moins, aujourd'hui, cantonnées au rôle essentiel, mais toujours réduit, de vigie.

Un sujet de Pascale Marcaggi publié le 13/03/2015

www.s-e-r-e.net

www.potager-du-roi.fr

 

Podcast - L'agriculture en mouvement   Envoyer à un ami - L'agriculture en mouvement

Patricia Ricard : Comment sensibiliser à l'écologie?

Patricia Ricard : Comment sensibiliser à l'écologie?

Comment sensibiliser à l'écologie ? Comment toucher les bonnes "cibles", particuliers ou entreprises, les uns dans leur quotidien, les autres dans leurs activités économiques ? Les Mardis de l'Environnement font partie de ceux qui ont inoculé cette sensibilisation à l'écologie, sujet alors parfois méconnu, en ouvrant gracieusement sa tribune aux scientifiques, journalistes, associations, ong, etc, et au grand public : depuis 1993. Un rôle de prédécesseur et de pionnier, qui réfléchit à son rôle aujourd'hui : désormais trimestriels - toujours le mardi mais désormais en matinée - les Mardis convient à une mise en perspective de l'écologie, après une première époque de "diffusion".

Les explications de PatriciaRicard, présidente de l'Institut Océangraphique Paul Ricard qui co-organise les Mardis de l'Environnement avec la S-E-R-E, la Société Européenne des Réalisateurs de l'Environnement.

 

Un sujet de Pascale Marcaggi.

08/12/2014

 

Société Européenne des Réalisateurs de l'Environnement : www.s-e-r-e.net

 

Podcast - Patricia Ricard : Comment sensibiliser à l'écologie?   Envoyer à un ami - Patricia Ricard : Comment sensibiliser à l'écologie?

Histoire de la presse écologique

Histoire de la presse écologique

La presse écologique est-elle, elle aussi, à un tournant ? Née dans les années 70, simultanément et sans concertation dans différents pays, elle a rapidement soulevé le couvercle de sujets tabous, passant sans transition du statut de sujet "mineur" au rôle de pourfendeur propre à incommoder certains pouvoirs. Du nucléaire au réchauffement climatique, en passant par les perturbateurs endocriniens, cette information est de surcroît devenue planétaire, intéressant souvent le citoyen par les enjeux qu'ils représentent pour sa santé. Quand les organes de presse institués tentent de la contenir, cette information ressurgit désormais par le canal d'internet. Un trublion par nature, que le journaliste en écologie, qui a pointé jusqu'aux pesticides dans nos assiettes. Les Mardis de l'Environnement du mois de décembre, le rendez-vous trimestriel co-organisé par la Société Européenne des Réalisateurs de l'Environnement et par l'Institut Océanographique Paul Ricard, ont réuni une pléiade de ces pionniers empêcheurs d'enfumer en rond, parmi lesquels Roger Cans, qui a été le deuxième journaliste de la rubrique Environnement au journal Le Monde, Thierrry Jaccaud, rédacteur en chef de la revue trimestrielle l'Ecologiste, Yves Leers, journaliste à l’Agence France-Presse (AFP), spécialisé dans les questions d’énergie et d’environnement puis rédacteur en chef de revues professionnelles sur l’eau (Hydroplus) et sur l’air (Airplus). responsable de la communication et de l’information à l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) avant de reprendre des activités journalistiques (Toogezer, Néoplanète), Carine Mayo, journaliste et présidente de l’association J.N.E, l'association des Journalistes et Ecrivains pour la Nature et l'Environnement, la journaliste Dominique Martin Ferrari, Hervé Kempf, fondateur de Reporterre.

05/12/2014

Société Européenne des Réalisateurs de l'Environnement : www.s-e-r-e.net

 

Podcast - Histoire de la presse écologique   Envoyer à un ami - Histoire de la presse écologique

La nouvelle écologie au tournant

La nouvelle écologie au tournant

La situation serait-elle mûre pour les solutions positives ? Elles foisonnent au point d'être de plus en plus relayées, envisagées comme de l'information à part entière et, bien sûr, comme la solution au pied du mur où se trouve l'humanité. Initiée par ceux qui ont décidé d'y croire, elles interrogent aujourd'hui le monde en crise : pourquoi pas plutôt la coopération que la compétition, pourquoi pas plutôt l'économie circulaire que l'épuisement des ressources ? Pourquoi pas un peu d'humanisme plutôt qu'un monde de brutes ?

 

D'entrée de jeu, le premier Mardi de l'Environnement de la saison a convié cette «nouvelle écologie au tournant » au regard de l'urgence : « faut-il une armée secrète au service de la planète ? » interrogeaient les mardis de l'Environnement.

Créatives, englobant toujours l'écologie en son double sens de préservation de la planète et de rapports nouveaux entre les êtres, les solutions positives représentent ce champs des possibles qu'appelle « Nos voies d'espérance - 10 grands témoins pour retrouver confiance», le livre à l'initiative d'Olivier le Naire  - aux éditions Actes Sud-Les liens qui libèrent - et le manifeste que chacun peut lire et signer sur internet :

http://www.change.org/p/le-manifeste-des-10-voies-d-espérance

 

Un reportage de Pascale Marcaggi

 

Sites à découvrir :

www.upcycle.org

www.laboiteachampignons.com

www.s-e-r-e.net

www.institut-paul-ricard.org

 

Posté le 9 octobre 2014

Podcast - La nouvelle écologie au tournant    Envoyer à un ami - La nouvelle écologie au tournant

Le Biomimétisme au service de la nature

Le Biomimétisme au service de la nature

« Le biomimétisme au service de la nature » : les Mardis de l'Environnement du mois de mars, coorganisés par l'Institut Océanographique Paul Ricard et par la Société Européenne de l'Environnement, on consacré une large tribune au biomimétisme, théorie scientifique développée par la scientifique Janine M. Benyus, dont l'ouvrage « Biomimétisme – quand la nature inspire les innovations durables » est du reste désormais disponible en français, aux éditions Rue de l'Echiquier. Ce Mardi de l'Environnement a en particulier été l'occasion de présenter au public le CESSBIOS, le Centre Européen d'Excellence en Biomimétisme de Senlis : à l'initiative de la ville de Senlis, ce Centre intègre à la fois la recherche fondamentale avec un pôle de laboratoires mutualisés, et la recherche appliquée, avec son Business Campus dédié aux start up, PME et TPE. « Le biomimétisme », énonçait Janine Benyus, « c'est considérer les organismes, même les plus obscurs, comme des génies. C'est une façon indirecte, mais très efficace, de faire la promotion de la biodiversité et de démontrer son utilité. »

 

Un reportage réalisé par Pascale Marcaggi publié le 07/03/2014

 

www.ceebios.com

 

Podcast - Le Biomimétisme au service de la nature   Envoyer à un ami - Le Biomimétisme au service de la nature

Quelle vision pour l'avenir de nos villes ?

Quelle vision pour l'avenir de nos villes ?

La ville change d'environnement : tel était le thème du Mardi de l'Environnement du mois de décembre 2013, co-organisé par la Société Européenne des Réalisateurs de l'Environnement et par l'Institut Océanographique Paul Ricard, et qui a convié à interroger le principal cadre de vie de l'humanité désormais : Yorghos Remvikos est biologiste et responsable du Master en Sciences de la santé, de l'environnement, du territoire et de la société à l'Université de Versailles – Saint Quentin en Yvelines : privilégiant l'approche systémique, le professeur Yorghos Remvikos travaille en particulier, sur le terrain, sur cette étonnante absence de vision pour l'avenir, de nos villes les plus peuplées. Ceux qui réfléchissent à leur habitat ne sont pas ceux que nous croyons !

 

Une interview de Pascale Marcaggi

 

Posté le 5.12.2013

 

 

 

Podcast - Quelle vision pour l'avenir de nos villes ?   Envoyer à un ami - Quelle vision pour l'avenir de nos villes ?

Michel Mombrun "ambassadeur citoyen du développement humain"

Michel Mombrun

Michel Mombrun est « ambassadeur citoyen du développement humain. » Une carte de visite bien peu banale, qui ne fait ni rougir au regard de pensées orthonormées, ni ne jaunit : à 71 ans, ce conseiller spécial auprès des Nations Unies pour le Développement durable (2000-2006), directeur de la formation au Comité 21 (98-2000), conseiller régional  d’Île de France ( 92-98), conseiller spécial d'un Ministre du Logement ( 92-93), directeur adjoint d'une grande institution nationale dédiée aux jeunes en difficulté (88-89)... professeur d’Éducation Physique et de Sciences Naturelles à Rozoy sur Serre (1962-1965), a créé en Essonne SoliCités, association pour le développement durable humain. Père de sept enfants, aujourd'hui arrière-grand-père et non moins toujours autant féru de tennis de table, Michel Mombrun est positivement contagieux.

 

Michel Mombrun était l'invité du Mardi de l'Environnement du mois de décembre 2013, co-organisé par la Société Européenne des Réalisateurs de l'Environnement et l'Institut Océanographique Paul Ricard.

 

Une interview de Pascale Marcaggi

 

Posté le 04.12.2013

Podcast - Michel Mombrun    Envoyer à un ami - Michel Mombrun

Nos lombrics menacés par un ver venu de Nlle Zélande

Nos lombrics menacés par un ver venu de Nlle Zélande

Peu après que la Conférence environnementale ait eu lieu, une information au moins aussi importante commençait à circuler : un infâme ver de terre, le « plathelminthe terrestre » a été découvert dans nos plates bandes. Originaire de Nouvelle-Zélande et vraisemblablement arrivé en France dans des pots de fleurs, ce ver exotique est un tueur de nos indispensables lombrics. Entretien avec Alain Zecchini au micro de Pascale Marcaggi.

 

Publié le 08/10/2013

Podcast - Nos lombrics menacés par un ver venu de Nlle Zélande   Envoyer à un ami - Nos lombrics menacés par un ver venu de Nlle Zélande

Les estimations de GIEC

Les estimations de GIEC

Le 27 septembre dernier, le Giec - le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'évolution du climat - a rendu le premier volet de son 5ème rapport "Changement climatique 2013 » à l'attention des décideurs. Depuis 1850, chacune des trois dernières décennies a été successivement plus chaudes à la surface de la terre que toutes les décennies précédentes. D'ici à 2100, la température moyenne de la température planétaire pourrait augmenter de 4°8 C. Une élévation de température due aux activités humaines. Les trois principaux gaz à effet de serre - dioxyde de carbone, méthane et oxyde nitreux ont augmenté pour atteindre des niveaux sans précédent - les émissions de CO2 ayant pour leur part entraîné un forçage radiatif de 1,82 watt par mètre carré. Selon la Global Environmental Change, le Giec, taxé d'exagération, aurait même « sous-estimé » les effets du réchauffement climatique.

 

Entretien avec Alain Zecchini au micro de Pascale Marcaggi publié le 02/10/2013

 

crédit photo: ledevoir.com

Podcast - Les estimations de GIEC   Envoyer à un ami - Les estimations de GIEC

1 - 2 - 3 - 4  Page suivante >>



Banner
Réalisé par i2N : Création de Site Internet